English/French

De héros à antisémites - Par Rushan Xhaferi

À la tombée de la décision du ministre de la Santé, Christian Dubé, de repousser la date de l’obligation vaccinale pour le personnel de la santé, une panoplie de journalistes et d’analystes ont commencé dans un premier temps par justifier cette décision en trouvant toutes sortes d'excuses au ministre et dans un deuxième temps, plus tordu cette fois-ci, en insultant de tous les noms les infirmières.

La rencontre Martineau-Dutrizac sur QUB Radio du 14 Octobre 2021 fut le délire absolu! Ces deux cadors de la communication, qui s’expriment sur tous les sujets de la société, mais que récemment vendent la soupe pourrie du gouvernement, se sont lâchés lousse et ont tenu des propos ignobles. Martineau traite les infirmières qui refusent de se faire vacciner (savent-elles quelque chose que nous ignorons?) de « caves » et de « mangeux de marde ». De son côté, Dutrizac ajoute complotistes et négationnistes.  Inutile d’expliquer les mots utilisés par Martineau, car c’est assez explicite et même le mot complotiste, utilisé à toutes les sauces, on comprend ce que c’est. Or, « négationnistes », c’est aller trop loin. Ces messieurs qui se considèrent comme des sachants ne peuvent pas ignorer la signification de ce terme assez chargé historiquement. Le négationniste est celui qui nie l’existence des chambres à gaz et de la Shoah.

Et voilà, dans un échange à bâtons rompus, ces deux journalistes se parlent à eux-mêmes et lâchent comme si de rien n’était une accusation d’antisémitisme envers des infirmières qui ne demandent rien de plus que leur choix personnel soit respecté. Elles demandent la liberté de choisir en toute connaissance de cause ce qu’elles veulent injecter ou pas dans leur bras.

Le mot liberté est tellement piétiné ces temps-ci qu’on a oublié toute pertinence de cette valeur profonde d’un peuple. « La liberté n’est pas une marque de yoghourt », disait Pierre Falardeau. En effet, la liberté est cette chose vieille comme le monde de personnes qui savent ce que cela veut dire et assument toute conséquence de leur acte, même à perdre leur travail. Situation que dans notre monde moderne nous condamne à l’exclusion sociale. J’ai le plus grand respect pour ces personnes courageuses qui protègent cette valeur coute que coute afin de ne pas laisser qui que ce soit leur dicter la façon de vivre leur vie.

Ces mêmes journalistes déchirent toute chemise quand il s’agit de la liberté dans les universités de dire ce que l’on veut. Pour eux, la liberté académique n’a pas à subir de contraintes. Soit! Or, elle est où la cohérence? Les valeurs fondamentales sont telles où elles ne le sont pas! Ce qui nous constitue comme espèce humaine réside dans la capacité de se battre, au péril de notre vie, afin de défendre ce à quoi nous croyons. Nous n’agissons pas instinctivement comme les autres mammifères, mais parce que l’humanité qui coule dans nos veines est cette force qui nous fait grandir à chaque fois que nous nous combattons envers des lois sans logiques et des règlements qui meurtrissent l’âme humaine. Nous avons eu des lois racistes, antisémites, homophobes, misogynes, etc. Or, quand le problème c’est la loi, il faut la combattre. Peu sont ceux qui se battent contre ces lois, mais beaucoup se réveillent et découvrent l’absurdité, sans pour autant prendre la responsabilité de dire qu’ils ont obéi par peur de représailles.

La grande majorité des Québécois se sont fait vacciner, car la promotion a fait son travail, la propagande a été démesurée et il faut se l’avouer, aller au restaurant, au cinéma ou au théâtre fait du bien après un an de fermeture forcée. Même si la grande majorité des Québécois ne couraient aucun risque, ils ont été sages et dociles en tendant leur bras. Ce n’est pas pour rien que Québec est parmi les pays les plus vaccinés. Cette action égoïste d’une population au bout de souffle donna le pouvoir au gouvernement pour déclarer que les Québécois sont d’accord avec leur politique. Or, ce n’est pas vrai. Nous savons que la majorité silencieuse veut avoir la paix. Cette majorité regarde son petit nombril et passe le chemin comme si de rien n’était. Les gens savent qu’ils ne vivent plus en démocratie, car voter une fois chaque quatre ans ne nous place pas dans un système démocratique.

À ce sujet, Martineau cita sa grande amie Denise Bombardier qui disait que la démocratie c’est frustrant, car le vote de Martineau, un être brillant comme tout le monde le sait, s’annule, car un pauvre con vote n’importe comment et les deux votes s’annulent. Martineau voudrait que son vote compte double, voire triple, car il est plus intelligent que le pire imbécile au Québec. Il va plus loin Martineau. Il veut abolir la démocratie carrément. Martineau préfère un tyran qui décide tout seul à la démocratie.

Dutrizac le reprend et met en avant la responsabilité du gouvernement qui a failli à sa tâche.  Il ajoute que Dubé est responsable de la situation, car incapable de voir que virer 15,000 infirmières menait le système hospitalier droit dans le mur. Martineau est pris dans son piège, car il ne peut pas contredire son acolyte.

Est-ce que Dubé était irresponsable? Il ne faut pas croire tout ce que les journalistes disent. Le pari de Dubé était comme suit. En menaçant les infirmières non vaccinées de perdre leur emploi si elles ne se faisaient pas vacciner avant le 15 Octobre, il se donnait le rôle du ministre qui a les deux mains sur le volant. En parallèle, il comptait sur deux faits : 1) la vaccination de masse des Québécois et en même temps des infirmières « récalcitrantes » 2) le recrutement d’infirmières pour pourvoir les postes vacants par des infirmières qui allaient perdre leur poste. Or, son pari n’a pas fonctionné et le 13 Octobre 2021 vu que son bluff ne fonctionne plus, le ministre de la Santé a repoussé la date de 30 jours afin de se donner plus de temps non pas pour convaincre les infirmières de se faire vacciner, mais pour suivre la politique dans laquelle, il s’était engagé. Ce plan pervers a échoué et il se donne un mois de plus pour finalement déclarer le 15 Novembre qu’il a pris la bonne décision de virer des infirmières complotistes, négationnistes et tout le reste pour assurer la santé des Québécois.

Cependant, si les 15,000 infirmières posent un problème le 15 Octobre, pourquoi leur donner un mois de plus sachant que durant ce mois, elles « peuvent » contaminer, mettre à risque, etc. la vie des patients les plus vulnérables? Mais de cela, Dubé se fout comme de l’an 40! Le fait est que les infirmières ne sont pas un risque pour les patients. Elles ne l’ont jamais été. Ces merveilleuses personnes se sont sacrifiées durant 18 mois, voire depuis toujours au bien être des patients.

Finalement, Martineau et Dutrizac sont ce que dit le premier pour les infirmières, car après tout, c’est celui qui le dit qui est. Ces deux vieux cons font du bruit avec leur bouche pour passer leur message haineux et diviser les Québécois.

Vos yeules, respectueusement, messieurs!

©Rushan Xhaferi